Retour sur la visite d’OPTITEK, spécialiste des métiers qui recrutent dans la Fibre Optique

On vous l’a maintes fois annoncé, la fibre optique se déploie en Nouvelle Aquitaine et selon les prévisions initiales, d’ici 2024 plus de 410 000 foyers, entreprises, etc… devaient être reliés à un réseau public de fibre optique.

On pourra alors tous bénéficier d’un très haut débit internet, puisque les câbles optiques, bien qu’aussi fins qu’un cheveu, sont inaltérables contrairement au cuivre, historiquement utilisé. La fibre optique ne peut pas s’oxyder. Elle est donc plus fiable et plus rapide et permet de transmettre les données numériques à la vitesse de la lumière. Bref, vous l’aurez compris, ceux qui vivent le confinement avec la fibre, ont un avantage sur les autres !

Toutefois, selon les professionnels du secteur, comme OPTITEK, centre de formation professionnelle continue, situé à Cenon 33150, que nous avons visité en janvier 2020, ce déploiement a pris du retard. On ne parle pas de mois de retard, mais d’années, faute de personnes qualifiées à embaucher pour réaliser ce déploiement.

Des opportunités d’emploi à long terme

En effet, le secteur recrute et une fois le déploiement réalisé, les technicien.nes seront toujours en activité, en répondant aux besoins que la fibre aura créés avec de nouvelles technologies comme de nombreux services et objets connectés. On aura besoin alors de nombreux “technicien.ne.s de la maison connectée” pour réaliser l’installation, le paramétrage, la mise en service et la maintenance des équipements multimédia et robotique de la maison.

Donc pour faire face à cette massive pénurie de main d’œuvre qualifiée dans les « métiers de travaux » de la fibre optique, des formations courtes et qualifiantes ont été mises en place. C’est ce que propose OPTITEK. Ces formations répondent parfaitement au besoin des entreprises et permettent donc une insertion immédiate dans une nouvelle carrière. En outre, OPTITEK travaille en partenariat avec les grandes entreprises (Eiffage, SPIE, ERT..) et se doit de suivre les protocoles instaurés par ORANGE, la référence dans ce secteur.

Quels sont ces métiers auxquels forme OPTITEK ?

Le réseau de la fibre optique est comme une arborescence. Aujourd’hui, les racines et les grosses branches ont bien pris, mais ce sont les petites branches, ce qui correspond à la distribution auprès du client final, pour laquelle les besoins sont loin d’être satisfaits en matière de main d’œuvre.

 

Ainsi, la demande en recrutement est forte dans le métier de la distribution D3, c’est-à-dire le raccordement des abonné.e.s, qui est réalisé par le.la technicien.ne de raccordement.

Le métier de technicien.ne de raccordement D3

Le.La technicien.ne soude les raccordements et peut également faire du tirage de câble dans les immeubles ou maisons individuelles. Ce travail se réalise, seul.e ou en binôme, en contact direct avec la clientèle, il propose des tâches diversifiées, avec plusieurs interventions par jour (2h/intervention). Ce travail exige la maîtrise des techniques spécifiques à la fibre optique : soudure, dénudage, lovage, tirage, réflectométrie, réglementation… En plus de cette technique, le savoir-être, un bon relationnel, un sens pratique, une adaptabilité, de l’autonomie, une appétence pour le travail manuel, sont les critères requis.

Pour avoir une idée concrète de ce travail, le voici ci-dessous en vidéo :

Une formation courte et qualifiante ouverte à tous !

La formation proposée par OPTITEK est de 3 mois maximum et s’adapte au niveau de l’apprenant.e. Pour répondre à un besoin urgent en recrutement de personnes qualifiées, elle ne comprend aucun enseignement superflu, uniquement de la technique, ultra professionnelle avec une immersion sur le terrain. La formation prépare au “certificat de qualification professionnelle” (CQP) de “technicien.ne de raccordement Ftth” (Fiber to the Home).

Les pré requis pour entrer en formation : savoir lire, écrire, compter, avoir une bonne vision des couleurs.

Idéalement, il faut avoir le permis B, même si la première embauche peut se faire sans le permis pour certains employeurs. Les nouveaux employé.e.s travaillent en binôme à leur début. De même que certaines entreprises favorisent le travail en équipe de 2, alors que pour d’autres, le.la technicien.ne est seul.e.

Évolution idéale de carrière :

Les possibilités d’évolution sont multiples dans ce secteur en commençant sa carrière en tant que technicien.ne de raccordement. Contrairement aux tendances d’antan où le niveau de diplôme était essentiel pour évoluer, en période de pénurie de main d’oeuvre, les tendances changent.  Ainsi aujourd’hui, après quelques années d’expérience de terrain, et on peut devenir :

  • responsable d’équipe
  • conducteur.rice d’activité
  • dessinateur.rice projeteur.se (bureau d’étude)
  • formateur.rice

En outre, les employeurs sont conscients qu’il y a trop peu de femmes dans le secteur et veulent féminiser ces métiers, alors Mesdames, surtout ne vous freinez pas ! Et pour plus d’inspiration, découvrez la  reconversion de Mélanie !

Comment postuler à la formation de technicien.ne raccordement chez OPTITEK ?

Il suffit de contacter OPTITEK pour prendre un rendez-vous. Si à l’issue de cet entretien, votre motivation a été validée, le.la candidat.e réalisera une immersion de terrain pendant 3 à 4 jours sur le poste. Si l’immersion s’avère concluante, le.la candidat.e sera présenté.e à une session de recrutement avec un employeur. Et enfin, si le.la candidat.e est sélectionné.e par un employeur, il.elle intègre alors la formation à l’issue de laquelle il.elle sera embauché.e en CDD de 6 mois minimum ou en intérim pour évoluer en CDI.

En revanche, dans le cas où aucun employeur ne pourrait s’engager pour le candidat.e pour des raisons de planning, OPTITEK s’engage à aider le stagiaire à trouver un employeur à l’issue de la formation. L’embauche locale se fait pour un déploiement sur le territoire de Bordeaux Métropole. 

Le financement de cette formation :

Les sessions de formation sont mises en place en fonction des remontées des besoins des entreprises. Ainsi les formations sont élaborées en partenariat avec Pôle Emploi et les entreprises avec des besoins, sous forme de POEC (Préparation Opérationnelle à l’Emploi Collective).

Ce montage permet aux apprenant.e.s inscrits à Pôle Emploi, de suivre la formation gratuite, en étant rémunéré.e.s par Pôle Emploi et en ayant un employeur en attente de les embaucher, à l’issue de la formation, une fois la qualification en poche.

Un autre métier méconnu qui recrute : le.la piqueteur.se 

En amont du raccordement à l’abonné.e, le.la piqueteur.se se rend à l’avance sur le terrain et détermine et retranscrit comment la fibre optique a été ou non placée auparavant. Son travail permet de savoir si le projet peut être réalisé ou non.

Sur le terrain, il.elle fait des relevés. Concrètement, en possession d’une tablette et d’un logiciel adapté, il.elle renseigne des éléments spécifiques comme : l’emplacement du poteau électrique, son état, sa hauteur, etc…Le.la piqueteur.se se déplace, marche, enjambe parfois des obstacles sur le terrain de la mission (un lieu quadrillé et délimité) pendant 1 ou 2 semaines. Passant la journée à l’extérieure, il.elle doit savoir s’y repérer, avoir le sens de l’orientation…

Les pré requis pour entrer en formation de piqueteur.se chez OPTITEK :

Savoir lire, écrire, compter. Un niveau oral correct en français est demandé, toutefois l’écrit peut être moins élevé. Le tout étant de bien comprendre les consignes et de pouvoir retranscrire les informations qui sont souvent courtes. Il.elle doit être mobile (permis B) car est en déplacement chaque semaine, là où se trouve la mission. Il faut avoir une bonne santé, sans contre-indication sur la station « debout » ni pour la marche.

 La formation de piqueteur.se chez OPTITEK est de 140 à 175h (4 à 5 semaines) contrairement à la formation proposée dans le Programme Régional de Formation qui est d’environ 6 mois, donc bien plus dense en termes d’apprentissage.

La rémunération 

Technicien.ne de raccordement : Le salaire de débutant.e est le SMIC, avec une prime de panier et une prime de performance après quelque temps d’expérience, soit 1824€ brut/mois en moyenne. La durée de travail est de 35h/semaine avec une amplitude horaire entre 8h et 18h/19h. Le rendement demandé est de 4 raccordements/jour en moyenne.

Piqueteur.se : en tant que salarié.e, avec les frais de déplacement compris, le.la piqueteur.euse peut gagner entre 21 000€ et 23 000€ Brut. Tous les frais sont pris en charge. Il.elle peut également travailler à la mission en tant que micro entrepreneur.se. Dans ce cas, en travaillant 15 à 20 jours par mois le.la piqueteur.se peut gagner 4 000€ à 4 500€ par mois en prestation.

 

Bien sûr, vous trouverez bien d’autres formations à ces métiers, comme celles financées par le Conseil Régional qui sont répertoriées sur le site d’Aquitaine Cap Métiers, qui seront un peu plus denses et donc plus longues. À vous de trouver celle qui vous convient le mieux ! En effet, si vous avez une appétence pour le travail manuel, en extérieur, en autonomie et le  goût pour le contact client, cette piste de reconversion est à explorer !

À très bientôt, pour découvrir de nouveaux métiers qui recrutent dans votre territoire !

 

No comments yet.

Leave a comment

Your email address will not be published.