La partie financière du business plan

Une fois votre étude de marché réalisée et votre stratégie commerciale définie, il est temps de s’attaquer à la partie financière. Partie incontournable dans la cadre d’une création ou d’une reprise d’entreprise, c’est la dernière étape de votre business plan.  Cette partie financière, qui est souvent appelée prévisionnel financier, regroupe un ensemble de données combinées sous différents tableaux.
Le prévisionnel financier a pour objectif de convaincre, vous-même bien évidemment mais aussi les différents investisseurs potentiels de la viabilité de votre projet. En effet, il permet de mesurer le risque lié à votre projet mais il va aussi servir à vous fixer des objectifs à atteindre au lancement de votre activité, et ainsi avoir un cap à suivre.

Dans cet article, nous aborderons les principaux éléments que comprend le prévisionnel financier : le plan de financement, le compte de résultat prévisionnel et le budget de trésorerie.

Le plan de financement Plan de financement

Lors d’une création d’entreprise, on l’appelle plus communément le plan de financement initial.  L’objectif de ce document est de déterminer le coût total de votre projet au démarrage de l’activité et d’en déterminer son financement.

Vous devez vous poser la question suivante : « De quoi ai-je besoin pour démarrer mon activité du mieux possible si je devais ouvrir demain ? »

Concrètement, il s’agit dans un 1er temps de lister tous les besoins (les investissements, aussi appelés « emplois ») nécessaires au démarrage de mon activité. On parle bien ici d’investissement et non d’une charge courante comme pourrait l’être l’essence et ou l’électricité. Ce sont des immobilisations qui peuvent prendre différentes formes :

  • Les immobilisations incorporelles : des frais d’établissements/d’immatriculation, frais de publicité (création identité visuelle, site internet…), dépôt d’une marque ou d’un brevet, frais de recherche et de développement…etc
  • Immobilisations corporelles : machines, matériel de bureautique et informatique, véhicule…
  • Les immobilisations financières : dépôt de garanties, caution…

 

N’oubliez pas non plus d’inclure le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) qui permet de combler pour la plupart des entreprises le décalage de trésorerie au démarrage de l’activité. Par exemple, le paiement des fournisseurs avant l’encaissement des ventes.
Dans un second temps, et une fois que tous les besoins ont été listés, il faut alors se poser la question « Comment vais-je financer tous ces investissements ? ». C’est ce qu’on appelle les ressources.  Les moyens de financer les investissements sont divers :

  • Les apports personnels ou apports en capital
  • Les emprunts, auprès d’une banque par exemple
  • Les comptes courants d’associés
  • Les subventions : la Région par exemple
  • Les prêts d’honneurs : Initiative Gironde, CSDL….

Bien évidemment, vos ressources doivent au minimum être équivalentes à vos besoins, afin d’être en mesure de financer correctement le démarrage de votre activité.

Le compte de résultat prévisionnel

Le compte de résultat prévisionnel est l’un des documents les plus importants de la partie financière du business plan. Il sert à effectuer des hypothèses de Chiffre d’Affaires (Chiffre d’affaires prévisionnel) mais aussi à évaluer toutes les dépenses (charges) prévisionnelles sur une période de 3 ans. Il met donc en comparaison les recettes (produits) avec les dépenses (recettes). La différence entre les deux est ce que l’on appelle le résultat (aussi appelé bénéfices ou dividendes, mais qui peut aussi être en déficit).

Le chiffre d’affaires prévisionnel peut être établi de plusieurs manières :

  • D’une estimation de votre capacité de produire et de vendre en fonction du niveau de la demande. Ces éléments s’obtiennent grâce à l’étude de marché.
  • En se basant sur une moyenne des chiffres d’affaires de vos concurrents

Les deux méthodes peuvent également être combinées. Pour la première méthode, si vous vendez un produit, multipliez le nombre de produits que vous estimez pouvoir vendre sur 1 année en le multipliant par le prix unitaire hors taxe.

Chiffre d’affaires = Quantités vendues x Prix unitaire HT

 

Attention, que ce soit pour un plan de financement ou un prévisionnel, on parle toujours en Hors Taxe et non en TTC.

 

Si vous vendez une prestation de services, vous pouvez effectuer votre calcul soit sur un taux horaire soit sur un forfait à la prestation.

Pour établir votre CA prévisionnel, n’hésitez pas à mettre en place plusieurs scénarios (optimiste, réaliste, pessimiste).

 

Quant à l’estimation de vos charges prévisionnelles elle est tout aussi importante que l’estimation de votre CA prévisionnel. Elle permet d’établir votre seuil de rentabilité et une mauvaise appréciation de ces charges fausserait tous vos calculs. De la même manière que vous avez pu lister tous vos investissements, il faut ici lister toutes les dépenses que vous allez rencontrer tout au long de l’année.


Il faut bien différencier une charge et un investissement.

Un investissement est une acquisition qui est censée durer dans le temps (ex : une machine, une voiture…) et qui ne peut être déduit directement. Il sera étalé dans le temps et se dépréciera chaque année, on parle alors d’amortissement. La durée de l’amortissement est variable en fonction de l’investissement. Par exemple, pour une voiture la durée est généralement de 5 ans, soit un taux de 20 % (100/5). Imaginons un véhicule à 10 000 € : 10 000 / 5 = 2 000 € d’amortissement chaque année pendant 5 ans.

Une dépense, elle, va être consommée pendant l’exercice comptable et sera directement déduite du résultat. Une distinction entre l’investissement et une dépense peut aussi se faire par le critère de valeur. L’administration fiscale admet qu’on puisse considérer un investissement comme une charge lorsque sa valeur ne dépasse pas les 500 € HT.

 

Ces dépenses peuvent être nombreuses. Parmi les plus courantes, nous allons retrouver :

– Les achats de marchandises ou de matières premières
– Les achats de petits matériels et de fournitures
– Les dépenses d’énergie : électricité, eau
– Les frais de transport
– Les loyers (immobilier, matériel) et crédit-bail
– Les frais de déplacements/missions
– Les dépenses d’entretien et de réparation
– Les honoraires : expert-comptable, avocat
– La sous-traitance
– Les dépenses de communication et de documentation
– Les assurances
– Les frais postaux et les frais téléphoniques
– Les salaires et les charges sociales
– Les impôts et taxes
– Les intérêts sur emprunts
– Les dotations aux amortissements

Enfin, en fonction de votre statut juridique, un impôt sur les sociétés sera à rajouter. Celui-ci ce calcule sur les bénéfices. Il est de 15% jusqu’à un bénéfice de 38 120 euros puis de 28%.

L’objectif du compte de résultat prévisionnel est de vérifier que votre CA prévisionnel est suffisant pour couvrir l’ensemble de vos charges et que votre activité est suffisamment rentable pour vous rémunérer.

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie, qu’on appelle aussi le plan de trésorerie prévisionnel, est un des tableaux les plus importants du business plan.

Comme vous le savez déjà peut-être, la gestion de la trésorerie est la clé de la réussite de toute entreprise, et c’est pour cette raison qu’il ne faut pas négliger cette partie.

Le budget de trésorerie permet d’avoir une vision globale de votre situation en mettant en évidence les décalages entre les encaissements et les décaissements sur une période donnée (généralement 12 mois).

Les encaissements correspondent à toutes les entrées d’argent que perçoit l’entreprise (paiement des clients, apport en capital, prêt bancaire…).

Les décaissements correspondent à toutes les sorties d’argent prévues (achat de marchandises ou de matières premières, investissement, remboursement du prêt, paiement des salaires et de l’ensembles des autres charges…)

Pour tout dirigeant d’entreprise, le budget de trésorerie est un véritable outil d’anticipation et permet ainsi de pouvoir mieux piloter son activité. En effet, si une difficulté est identifiée à l’avance, des décisions peuvent être prises avec la mise en place d’actions correctives : négociation du délai de paiement fournisseur, demande d’acompte auprès des clients, négociation avec la banque…

Contrairement au plan de financement et au compte de résultat prévisionnel, les éléments d’un budget de trésorerie doivent être indiquées en TTC.

 

Retrouvez notre modèle de dossier financier à télécharger au format Excel 

Ces articles pourraient également vous intéresser :